Écoute le dernier épisode du podcast ici
Qui est Gaïa Devenir Entrepreneure Spirituelle Éveil Spirituel Évènements Podcast Momentum™ Rejoindre la communauté sacrée Connexion Membre

Prends-tu le temps d’être fière de toi?

Ce qui te manque pour être heureuse; j’ai un défi pour toi.

 

Pas d’actions bien compliquées.

 

Ce qui manque à ton bonheur, je pense que je sais ce que c'est.

 

Je te pose une question pour que ça vienne profondément de toi en fait :

 

Prends-tu le temps d’être fière de toi?

 

Tu sais, fière dans le sens que tu te félicites pour tout ce que tu as accompli. Par exemple, je suis plus patiente qu'il y a 2 mois, je suis plus joyeuse que la semaine passée, j'ai réussi à dire non à certaines choses qui ne me plaisent plus... 

 

On a souvent tendance à souligner ce qui n’est pas bien en nous, chez nous, autour de nous.

 

Et si on focalisait sur nos fiertés?

J’en parlais avec un ami qui m’est cher et je soulignais justement le fait que les gens ont de plus en plus peur de nommer leurs fiertés, leurs accomplissements...Comme si on avait peur de déranger, de créer de la jalousie chez l’autre.

Donc finalement notre peur, qui est notre moteur, invite l’autre à devenir jaloux et dérangé par notre fierté. On est créatrice et donc c'est ce qu'on crée malgré nous! 

Car si nos énergies sont en joie au moment où on partage nos fiertés aux autres par exemple, ce qu’on vibre est beau, bon et bienveillant… Rares seront les fois où les gens seront dans une énergie basse face à ce qu’on leur raconte (mais si on anticipe la jalousie et la frustration chez l’autre, c’est ce qui arrivera! Parole de sœur-cière!).

Je t’invite à l’essayer.

 

Je te dis ceci car si tu sens qu’il manque à ton bonheur, que tu es dans une énergie basse, que tu te sens souvent déprimé, écris 10 choses qui te rendent fière tous les jours pendant 21 jours et vois ce qui se passe.

 

Très simple d’écrire 10 choses pendant 21 jours. Défi simple à faire. 

 

Le feras-tu?

Je t’invite à ce défi car l’émotion de la fierté porte une énergie de liberté, de légèreté, de joie décomplexée.

 

Je pense à la fierté et je me souviens de moments de célébration entourée d'amour par les gens qui m’aiment profondément.

Un sentiment d’extase et de joie profonde.

Il y a un sentiment de fluidité quand on arrive à être authentiquement et profondément fière de soi. Puis, quand on peut le partager avec des gens qui nous accueillent exactement comme on est, c’est encore plus merveilleux.

C’est drôle comme le sentiment de fierté me ramène à penser à la pratique du yoga, de la méditation et de l'entrée dans l'éveil spirituel simplement.

Quand on commence une pratique de yoga ou qu'on débute un voyage dans la méditation, on commence ces pratiques avec l'intention d'évoluer dans une certaine mesure vers une expression plus authentique et plus complète de Soi.

 

Bref, on cherche la libération. La fierté du Soi.

À première vue (et à un niveau superficiel) c’est pas toujours clair qu'il s'agisse de pratiques libératrices et pourtant, c'est exactement ce qui est au cœur de tout voyage de guérison. 

On comprend, par exemple, que grâce à la pratique continue du yoga et/ou de la méditation, on en vient à comprendre que les asanas (postures de yoga) ne font qu'effleurer la surface de la transformation.

La pratique des asanas n'est pas uniquement responsable de la libération qu’on recherche, comme la pratique de la FIERTÉ n’est pas uniquement responsable de la libération du Soi.

 

Se montrer simplement authentique est un acte de résistance, de courage et de résilience.

Fais-tu partie des personnes courageuses qui vivent leur vérité et inspirent à la libération du Soi et donc de la conscience collective?

 

Le premier pas est d’être fière de toi. D’inspirer la fierté de qui TU ES.

 

Prends un moment pour penser à un moment où tu as dit «je suis fière de toi» peut-être à quelqu'un d'autre, peut-être même à toi-même.

Quels sentiments surgissent quand tu dis cette phrase ?

C'est probablement quelque chose en alignement avec la joie, l'euphorie, la gratitude, l'excitation ou l'amour.

Toutes ces qualités sont ressenties et incarnées à un niveau au-delà du physique.

De la même manière, la fierté est plus profonde que n'importe quelle action «tangible» car c'est l'aboutissement de moments de résistance et de refus d'être autre chose que ce que nous sommes.

C'est moins une démonstration dans l’action qu'une réelle incarnation de l'authenticité.

Je mets souvent les femmes médecines qui souhaitent devenir entrepreneures spirituelles au défi. Je leur demande de faire l'exercice de Louise Hay, de se regarder dans le miroir, de se féliciter et de s'aimer. 

 

Un exercice si simple qui transforme tant. 

 

Mais peu sont celles qui le font vraiment. 

 

Comme si la peur et le rejet de soi était devenu une zone de confort qu'on ne voulait plus quitter. Car c'est un choix. Celui de rester dans une zone qui ne nous plait pas, car on a trop peur de changer et de transmuter. Ou faire un petit effort qui pourrait changer complètement notre vie.

 

Comme je mentionnais plus haut, la différence entre pratiquer les asanas (posture de yoga) et incarner le yoga, est grande. La pratique des asanas à elle seule n'est pas ce qui nous offre la libération. C'est plutôt une représentation externe de la transformation.

Quand on pratique le fait d’être fière de nous, on entre dans le monde et insufflons à notre âme une nouvelle expression à laquelle on ne peut pas toujours accéder dans notre vie quotidienne.

 

Personnellement, je dois admettre que la libération n'était pas la première chose à laquelle je pensais lorsque je suis entrée dans mon premier cours de yoga. En toute honnêteté, je cherchais à devenir plus souple et forte.

Alors que je savais que je vivais dans l'inconfort, je pensais que c'était comme ça que ma vie était et cela ne m'avait certainement pas traversé l'esprit que le yoga faisait même partie de la réponse au bonheur que je cherchais tant.

Ce que j'ai vécu, comme beaucoup d'entre nous, c'est un changement profond qui est arrivé au bon moment.

Ce sont des moments, au fil du temps, de recherches internes et de pratique pour me retrouver moi-même qui m'ont amené à comprendre les changements qui se produisaient.

Puis j'ai appris à écouter mes besoins et à me laisser guider par ceux-ci. 

 

J'ai laissé tomber la façon dont je «devrais» me présenter en fonction des téléchargements que j'ai reçus de la société et je me suis retournée et montrée au vrai jour dans ma vérité.

Un travail à faire et refaire tous les jours puisque nous sommes des êtres de transformation.

 

La fierté comme pratique quotidienne, c’est la vie belle sœur-cière.

Quand on dit "je suis fière de toi" à soi-même ou à quelqu'un d'autre, on incarne l'amour et le respect pour la personne et pour la conscience collective.

"Je suis fière de toi" a du poids, parce-que ça veut profondément dire : je te vois, je t'honore, je te chéris.

 

C'est, pour moi, aussi puissant que le terme Namasté. 

Je dis souvent aux femmes médecines qui font mon programme "je ne suis pas ta mère mais je suis fière de toi" à la blague.

 

Car je veux les honorer mais je souhaite qu'elles se le disent à elles-mêmes avant tout. Avant moi. 

 

La fierté est la célébration de la capacité de voir et d'être vues, d'être libre d'expression et libérée de toutes les cases et binaires qui tentent de nous faire taire.

En réalité, l'intention de ce défi que je te propose aujourd'hui est d’être fière. 

 

Ce n'est pas très différent de l'intention pour laquelle beaucoup d'entre nous s'aventurent sur le chemin du yoga, de la méditation et de l’éveil spirituel en général.

À la racine de toute célébration de fierté se trouve la libération, la même libération qu’on cherche quand on entre dans la pratique de la guérison.

Allez, sois fière et passe une excellente journée!

 

 

 

Con amor, 

Gaïa

 

Close

Je souhaite encore plus de clarté face à mon chemin de vie, Gaïa!